La chasse à l’orignal en pourvoirie

Texte de Charles Dorris

Le défi et le succès de chasse de l’orignal en pourvoirie ne sont pas différents de la chasse en réserve faunique. De fait, les différentes Réserves fauniques du Québec sont en quelque sorte des pourvoiries exploitées par une société d’État. Il y a deux types de pourvoiries au Québec. Il y a des pourvoiries à droits exclusifs et des pourvoiries sans droits exclusifs.

Les trois formes de pourvoirie au Québec

1-Il y a celles dont le territoire appartient au gouvernement et dont les droits d’opérations des activités cynégétiques et halieutiques sont alloués par bail à une entreprise privée, ce sont des pourvoiries à droits exclusifs.

2-Il y a ensuite des pourvoiries à droits exclusifs dont les gestionnaires opèrent sur des terres privées appartenant à des propriétaires privés.

3– Il y a également des pourvoiries sans droits exclusifs, c’est-à-dire, des entreprises qui offrent des services d’hébergement et certains services liés à la chasse et à la pêche dans un secteur où ils ne sont pas exclusifs.Les utilisateurs de ces services ne peuvent pas s’attendre à être les seuls à avoir accès à des secteurs de chasse ou à des plans d’eau pour la pêche. On les retrouve surtout très loin des grands centres et la plupart sont spécialisés pour la pêche de très grands plans d’eau.

La meilleure période pour chasser l’orignal ou le chevreuil en pourvoirie est selon moi quelques jours avant la période de rut. Pour l’orignal, je préfère nettement guider entre le 13 et le 22 septembre plutôt qu’entre le 23 et le 30 septembre. L’orignal est plus facile à faire réagir pendant le sommet du rut, mais il n’est pas toujours évident d’être plus convaincant qu’une vraie femelle en chaleur. Si votre pourvoyeur ne peut vous offrir cette plage de dates, essayer d’obtenir la période immédiatement après le sommet du ‘’call’ soit entre le 1 et le 10 octobre. À ce moment les grands mâles retournent parcourir de nombreux kilomètres en recherche des dernières femelles en chaleur.

Ce qu’il y a de fort intéressant en pourvoirie est que la plupart des pourvoyeurs s’occupent eux-mêmes d’aménager des salines ou des miradors pour les groupes de chasseurs. Les pourvoyeurs connaissent bien leurs secteurs et sont souvent les plus qualifiés pour savoir où sont les habitats les plus propices pour y installer des salines. Les salines augmentent les chances de succès des groupes de chasseurs. Elles fidélisent en quelque sorte les orignaux à visiter plus régulièrement des points précis dans leurs domaines vitaux. Je considère que les salines sont nettement plus importantes dans la préparation des secteurs de chasse à l’orignal que pour celle du chevreuil.

Tout cela est bien beau, mais il faut aussi savoir où placer son tir sur un orignal. Je connais plusieurs chasseurs qui négligent de se familiariser avec cet aspect. Il est très décevant de réussir à déjouer un si beau gibier et de terminer la quête par un mauvais tir. En gros, les tirs les plus recommandés sont les tirs au poumon. Les poumons sont d’un grand diamètre et favorisent une mort très rapide. De plus un tir au poumon favorise un fort saignement extérieur de la bête, ce qui facilite la récupération rapide de votre trophée.

Pour vous faire une idée précise où placer votre tir sur un orignal, rendez-vous sur le site internet de l’association des conducteurs de chiens de sang du Québec. Si on s’en tient à une consigne de tir sommaire, placez votre projectile à environ 4 pouces derrière la patte du devant à la hauteur du tiers de son coffre. Cette dernière mesure se prend en partant du bas du coffre.

Bonne saison 2021 à tous.

Name change

You will be given a random name if you leave this field blank.

Changement de nom

Un nom aléatoire vous sera attribué si vous laissez ce champ vide.