Unis Pour la Faune (UPF)

87636331 105939997679314 7641106188087590912 o
Unis Pour la Faune

Unis pour la faune (UPF) est un organisme à but non lucratif lancé le 15 décembre dernier par Luc Brodeur, technicien agronome et François Pelletier, technicien en aménagement de la faune, tous deux particulièrement expérimentés en matière de gestion faunique et aquatique.  Un de leurs principaux objectifs est de représenter les intérêts des amateurs de chasse, de pêche et de plein air auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et à ce titre, participer aux réunions et tables de concertation en matière de gestion de notre patrimoine faunique et de ses habitats.

Mise en contexte

Les activités de pêche, de chasse et de piégeage génèrent des dépenses de 1,6 milliard de dollars par année et contribuent à soutenir la production de biens et services à hauteur de 946 millions dans le PIB du Québec. La chasse au chevreuil, quant à elle, génère des retombées économiques annuelles de près de 100 millions de dollars de produit intérieur brut (PIB) et de revenus fiscaux pour les gouvernements, en plus de permettre la création de milliers d’emplois.

Dans son nouveau plan de gestion du cerf de Virginie 2020-2027, le Ministère exprime sa volonté d’offrir un produit de chasse attrayant et d’optimiser la conservation et la mise en valeur du cerf de Virginie et de son habitat. Après une analyse approfondie des nouvelles modalités de gestion proposées dans le nouveau plan de gestion, la baisse significative de la qualité de notre cheptel et par le fait même de la chasse ne fera que s’accentuer. Le modèle de gestion choisi par le Ministère favorise le prélèvement du segment mâle de la population de chevreuils et la protection des femelles, ce qui accentue le déséquilibre du ratio mâle / femelle. En abaissant le nombre de mâles, cela occasionne une période de reproduction beaucoup trop longue, provoquant la naissance tardive des faons mettant en péril leur survie. Si on ajoute une perte importante des habitats fauniques et des aires de confinement, on ne peut plus parler d’un produit de chasse attrayant et d’une expérience de chasse de qualité. Il est donc urgent de revoir le modèle de gestion afin de mettre en valeur cette ressource si précieuse pour la très grande majorité des régions du Québec où le chevreuil est présent.

La notion d’acceptabilité sociale est au cœur de nos préoccupations;  c’est-à-dire un niveau de densité qui réduit sensiblement les impacts négatifs de la surpopulation de cerf, entre autres au niveau des accidents routiers et sur la déprédation des forêts et des champs agricoles. Certaines régions du Québec ont encore une très forte densité de chevreuils occasionnant des inconvénients à leur communauté. D’autres régions, par contre, ont une densité de cerfs sous optimale en fonction de la capacité de support de leur habitat, diminuant du même coup la qualité de l’offre de chasse. Appuyées par des études scientifiques, les nouvelles mesures proposées démontrent qu’un ratio mâle / femelle mieux équilibré favorise :

  • l’accroissement de la qualité de l’expérience de chasse,
  • la santé et la dynamique de notre cheptel de chevreuils
  • un meilleur taux de survie des cerfs suite aux hivers québécois.

En tant que chasseur occasionnel ou passionné, nous sommes en droit de demander au ministère, un produit de chasse de haute qualité comme il se fait partout en Amérique du Nord.

unis pour la faune

Name change

You will be given a random name if you leave this field blank.

Changement de nom

Un nom aléatoire vous sera attribué si vous laissez ce champ vide.